Exposition – Zoo de papier

  Espace Richaud, Versailles

  29/01/2023

Plus de 2 500 oeuvres en papier de toutes tailles investissent l’Espace Richaud jusqu’au 29 janvier. L’origamiste Gérard Ty Sovann présente ses plus belles réalisations dans son « Zoo de papier ».

Dans les souvenirs d’enfance de Gérard Ty Sovann, ce sont les mains de sa grand-mère, agiles et délicates et son grand sourire lorsque par magie l’oiseau de papier apparaissait entre ses doigts. Son émerveillement de cet art ancestral qu’est l’origami, l’artiste l’a emporté avec lui quand il est parti du Cambodge, son pays natal, dans les années 70.

Que votre regard soit illuminé par la curiosité et que votre esprit se laisse emporter par votre âme d’enfant… Partez pour un voyage peuplé de mille et un animaux de papier…

 

De l’infiniment petit à l’infiniment grand

Au départ, simple loisir, puis une addiction poussée à haut niveau. Au fil des années, il crée ses propres pliages avec technicité et patience. Le papier s’anime, chemine, de plis en plis, sans découpe ni colle, se transforme de la manière la plus figurative possible.

Aujourd’hui, devenu un artiste reconnu, il expose dans le monde entier. Il lui arrive de plier des carrés de papier dont la dimension varie de 3 mm à 25 m de côté. Son nom est inscrit dans le Guinness des records avec un Jardin d’Eden composé de 1 500 animaux de papier réalisés avec des carrés de 4 à 35 mm.

Quand le plus simple des matériaux imite la nature. Écologie et nature ont toujours été ses préoccupations et des valeurs qu’il souhaite communiquer.

 

Le saviez-vous ?

C’est en Asie qu’est né l’origami ou art du pliage, deux siècles environ après la découverte du papier. Plusieurs siècles plus tard, des moines bouddhistes l’auraient introduit au Japon. Cet art est désormais connu sous son appellation japonaise « origami » et pratiqué en Chine, au Japon, en Corée, au Cambodge…

Cet art ancestral consiste à plier une feuille, sans coller ni couper. Ce papier est un fragile instrument et il faut une parfaite maîtrise des volumes pour pratiquer cet art. Il faut entre 10 et 300 plis pour faire un animal en origami. Aujourd’hui, les Japonais connaissent deux ou trois origamis très populaires auprès des enfants, parmi lesquels la boîte, la grenouille ou la grue japonaise « tsuru », synonyme de longévité et de fidélité.

Source et informations : https://www.versailles.fr/1024/culture/la-culture-a-versailles/zoo-de-papier.htm

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter
Le Monde des Animaux