Des cyberentreprises suppriment 3 millions d’annonces relatives à la faune sauvage victimes de trafic4 min de lecture

Les cyberentreprises de la "Coalition pour Mettre Fin au Trafic d’Espèces Sauvages en Ligne" ont signalé avoir retiré ou bloqué, jusqu’à aujourd’hui, plus de 3 millions d’annonces proposant des espèces menacées et en danger et de leurs produits dérivés sur leurs plateformes en ligne. Ces annonces portaient sur des tigres, reptiles, primates et oiseaux vivants destinés au commerce des animaux de compagnie exotiques, ainsi que sur des produits dérivés d’espèces comme les éléphants, les pangolins et les tortues marines.

Offline and in the Wild, un rapport publié le 2 mars 2020 sur les progrès réalisés par les entreprises participant à la Coalition fondée par le Fonds mondial pour la nature (WWF), TRAFFIC et le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), constate que les efforts déployés par ces entreprises contribuent à fermer les routes commerciales virtuelles sur lesquelles les cybercriminels comptent pour exploiter la faune sauvage.

« Leboncoin est fier d’être la première plateforme de commerce en ligne fondée en Europe à avoir rejoint la Coalition » affirme Antoine Jouteau, Directeur Général leboncoin Groupe. « Nous sommes très heureux de participer à ce mouvement qui vise à s’assurer que notre secteur contribue à envoyer un message clair et unanime aux trafiquants. À travers un renforcement de nos politiques en faveur de la faune sauvage et des formations spécifiques pour notre personnel, nous espérons apporter notre pierre à l’édifice. »

Les progrès de la Coalition sont le résultat d’un renforcement des politiques relatives à la faune sauvage, d’une augmentation de la capacité du personnel à détecter d’éventuels produits illégaux et animaux sauvages vivants, d’une surveillance régulière et d’un partage des données par des experts de la faune sauvage, de rapports envoyés par des bénévoles dans le cadre du Programme de surveillance de la faune sauvage de la Coalition, d’algorithmes améliorés, grâce à la surveillance et à la collecte de mots clés, et d’un apprentissage partagé.

« Les réseaux criminels profitent des plateformes internet aux dépens des espèces les plus rares que la nature a à offrir, a déclaré Crawford Allan, Directeur principal pour TRAFFIC chez WWF. Mais l’immensité d’Internet représente un défi pour les forces de l’ordre en matière de réglementation. Les cyberentreprises de notre Coalition disposent désormais des moyens et des outils nécessaires pour lutter contre le trafic d’espèces sauvages en ligne et peuvent contribuer à alléger le fardeau des forces de l’ordre. »

La Coalition pour Mettre Fin au Trafic d’Espèces Sauvages en Ligne est née suite à la mondialisation de l’accès à Internet et au transfert des transactions illégales de commerce d’espèces sauvages des marchés physiques vers les marchés en ligne. Le grand nombre d’annonces retirées au deuxième anniversaire de la Coalition démontre à la fois l’efficacité à long terme du partenariat et l’engagement continu des entreprises à combattre le trafic d’espèces sauvages sur leurs plateformes.

Selon Tania McCrea-Steele, chef de projet international sur la criminalité liée aux espèces sauvages chez IFAW, « l’union des cyberentreprises est essentielle pour lutter contre la cybercriminalité liée aux espèces sauvages, car les trafiquants d’animaux sauvages abusent de l’anonymat d’Internet pour exploiter les espèces sauvages menacées. Malheureusement, vous pouvez trouver de l’ivoire d’éléphant, des écailles de pangolin ainsi que des tigreaux, des oiseaux et des reptiles vivants et plus encore, tous en vente sur votre smartphone. Les cyberentreprises sont une composante essentielle de la solution, car elles sont capables de travailler à une échelle mondiale sans précédent et de contrer le trafic illégal d’espèces sauvages. »

En plus de bloquer ou de supprimer les éléments liés au commerce illégal d’espèces sauvages, les entreprises de la Coalition ont lancé des initiatives d’engagement des utilisateurs pour promouvoir la conservation des espèces sauvages, touchant des millions d’internautes.

« La criminalité liée aux espèces sauvages est un problème mondial largement reconnu qui exige une solution mondiale, a déclaré Siyao, expert en sécurité chez Alibaba. La Coalition fournit une plateforme aux cyberentreprises pour contribuer ensemble à cette solution. Chez Alibaba, nous partageons nos connaissances et nous apprenons continuellement des autres membres de la Coalition sur la façon de mieux limiter et prévenir le trafic d’espèces sauvages en ligne en investissant dans des technologies innovantes et en engageant le public à se joindre à la lutte pour la faune sauvage. »

Les particuliers peuvent se joindre à la lutte contre la cybercriminalité liée aux espèces sauvages et soutenir les efforts de la Coalition pour Mettre Fin au Trafic d’Espèces Sauvages en Ligne en n’achetant pas de produits dérivés issus d’espèces sauvages et en signalant les annonces de faune sauvage suspectes aux entreprises.

WWF, IFAW et TRAFFIC forment des bénévoles afin qu’ils identifient les produits interdits issus de la faune sauvage par le biais du Programme de surveillance de la faune sauvage de la Coalition. Jusqu’à présent, les cyberobservateurs de la Coalition aux États-Unis, en Allemagne et à Singapour ont signalé plus de 4 000 produits interdits à la vente en ligne. Ces annonces ont été supprimées en temps réel par les équipes de surveillance des entreprises de la Coalition. Grâce à ce programme, les cyberobservateurs ont contribué à la découverte de nouveaux mots clés utilisés par les vendeurs et à l’identification des tendances du trafic d’animaux sauvages, ce qui a aidé les entreprises dans leurs efforts de surveillance continue.

 

 

Source : IFAW France

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter
Le Monde des Animaux