Les sangliers mettent les archéologues sur la piste des débuts de la domestication2 min de lecture

Comment les sangliers peuvent-ils aider les archéozoologues à remonter aux prémices de la domestication ?

Jusqu’à présent, les archéozoologues ne parvenaient pas à remonter aux prémices de la domestication : la phase de mise en captivité d’animaux sauvages restait hors de portée de leurs outils (les modifications génétiques, aussi bien que les traits morphologiques communs aux animaux domestiques (réduction de la taille, gracilité…) apparaissent après de multiples générations, en conséquence de la sélection d’individus dociles et aux caractéristiques intéressantes pour l’humain).

En utilisant le sanglier comme modèle expérimental, une équipe pluridisciplinaire composée de scientifiques du CNRS et du Muséum national d’Histoire naturelle démontre qu’une vie passée en captivité laisse une empreinte identifiable dans la forme du calcanéum, un os du tarse qui joue un rôle propulseur dans la locomotion.  Relativement compact, cet os se conserve bien en contexte archéologique : il permettra donc de documenter les premières mises en captivité d’animaux sauvages à partir de leurs ossements. Cette modification se produit en raison du changement de mode de vie car l’os est remodelé en fonction du mouvement, du terrain et des sollicitations musculaires. Les scientifiques ont observé que la forme du calcanéum était principalement modifiée au niveau des insertions musculaires : contrairement à ce que l’on pouvait attendre, les sangliers captifs déployaient une force musculaire plus intense que celle des sangliers en milieu naturel. Comme si ce mode de vie captif avait changé des « coureurs de fond » en « bodybuilders ». En plus d’offrir un nouvel outil pour les archéologues, ces résultats démontrent la rapidité des changements morphologiques d’un animal extrait de son milieu par l’homme et pourraient être utiles aux programmes de réintroduction en milieu sauvage d’animaux élevés en captivité. Ils ont été publiés le 4 mars 2020 dans la revue Royal Society Open Science.

 

Déformation du calcanéum (os du tarse) chez des sangliers ayant grandi en captivité par rapport à des sangliers évoluant en milieu naturel.
Les points de couleur indiquent le niveau de déformation (minimal en bleu foncé, maximal en rouge). Ces déformations sont principalement liées à une élongation de la zone d’insertion des muscles dans la partie la plus haute de l’os.
© Hugo Harbers / AAPSE / CNRS-MNHN

 

Source : CNRS

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter
Le Monde des Animaux