Un tigre dans la réserve de Kalaweit2 min de lecture

Un tigre de Sumatra a été filmé dans la réserve de Supayang (Sumatra, Indonésie) appartenant à l'association Kalaweit. C'est la première fois que ce grand fauve, en danger critique d'extinction, y est repéré. C'est la confirmation qu'attendait l'association depuis de nombreuses années pour accélérer l'agrandissement de cette zone protégée.

 

Un animal emblématique et rarissime menacé par les palmiers à huile

Il reste environ 400 à 500 tigres de Sumatra à l’état sauvage. Braconné à cause de la demande chinoise croissante pour ses os, ou encore sa peau et vivant sur une île dont les forêts ont été décimées par les palmiers à huile, le tigre est en danger critique d’extinction (source UICN).

Sa présence dans la réserve de Kalaweit prouve que la zone est viable pour de grands prédateurs. La protection de la réserve par l’équipe de Kalaweit a fait revenir des espèces comme les muntjacs, une petite antilope dont le tigre est friand. La survie du tigre est menacée par la fragmentation de son habitat et sa survie passe par la création d’autres réserves de ce type.

Retrouvez la vidéo ici

 

Acheter la forêt pour la sauver

À Bornéo et à Sumatra, l’association achète des hectares de forêt aux villageois qui le souhaitent et les transforme en réserve privées protégées. Kalaweit possède 1 144 hectares de forêts au sein des réserves de Dulan et de Pararawen à Bornéo et de Supayang à Sumatra. Elle procure ainsi un revenu aux populations locales et un habitat sécurisé à des milliers d’espèces endémiques de Bornéo et Sumatra.

 

Une réserve de 380 hectares à agrandir rapidement

Créée en 2011, la réserve de Supayang est l’habitat de siamangs, d’ours, de panthères nébuleuses, de chats dorés, de pangolins, de muntjacs, mais aussi de tapirs asiatiques.

Située dans le district de Solok (région de Sumatra Barat), elle se compose de forêts primaire et secondaire. C’est une zone escarpée, épargnée par les plantations de palmiers à huile, et un refuge pour la faune sauvage privée de son habitat. Elle est connectée à une réserve forestière d’état de 20 000 hectares autorisant la chasse. Plus la réserve de Kalaweit, dans laquelle la chasse est interdite, sera grande, plus la faune sauvage sera en sécurité. Kalaweit souhaite l’agrandir d’au moins 200 hectares et cherche les fonds nécessaires. Or, un hectare vaut 1 350 €.

 

 

 

Quelques mots sur Kalaweit

L’association a été créée en 1998 par Chanee, un français passionné par les gibbons. À 18 ans il part vivre en Indonésie pour se consacrer à leur sauvegarde, grâce au soutien de Muriel Robin. À Bornéo et à Sumatra, l’association recueille les animaux sauvages issus de trafics, achète des parcelles de forêt pour créer des réserves privées et sensibilise la population à la protection de la nature grâce à la radio Kalaweit FM. Les gibbons font partie de la famille des grands singes, ils sont extrêmement menacés.

 

Retrouvez la « Carte blanche à Chanee » dans Le Monde des Animaux n° 33, en vente le 16 juin 2020.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter
Le Monde des Animaux